Défi d'écriture un texte sans verbe

Publié le par Denis Lereffait

LA VIE

Une naissance, un cri, des pleurs, la vie, les bras de ma mère, une caresse, une chanson, ensuite le calme, la chaleur d’une couverture, la douceur d’un drap, le sommeil, une voix rassurante, de l’amour, beaucoup d’amour.

La maternelle, le début des contraintes, de la rigueur, des horaires. En file indienne, en silence, le temps de l’insouciance, des jeux, des contes, des apprentissages. La cours de récréation, premières disputes, premiers bobos, premières injustices, des bleus aux genoux, des écorchures aux coudes. Retour en classe, main dans la main, petites marches, petites tables, petits sièges, grands chagrins. Retour à la maison, un câlin, un bisou, des encouragements, de l’amour, beaucoup d’amour.

La maternelle, l’école élémentaire, très vite, trop vite le collège. Le temps des copains, les premiers amis pour la vie, les emplois du temps, les profs étranges, les belles rencontres et les moins bonnes. Sixième, cinquième, les filles, la fille, le premier émoi. Un sourire, un regard, un poème, une lettre, une chanson, des promesses et parfois un baiser. La difficulté des sentiments, le regard des autres, le bonheur, l’amour, les petites trahisons, la première rupture, les chagrins de cœur, le soutien des amis, l’œuvre du temps, l’oubli, trop d’amour, beaucoup trop d’amour.

L’adolescence, l’été, les vacances, le soleil, les corsages des filles, les jupes dans le vent. Blondes brunes, rousses, qu’importe, puis un jour le coup de foudre. L’amour avec un grand A, une grande inspiration, une déclaration. Main dans la main, heureux, les promenades sans fin sur la plage, mes doigts dans ses cheveux, la passion, la fureur des sentiments. Trop vite la fin des vacances, la séparation, les non-dits, l’éloignement, les tentations, la réception d’une lettre, d’un mail, la fin d’une histoire, l’amertume dans la bouche, la nausée, la tristesse, la bienveillance de ma mère, de l’amour, beaucoup d’amour.

Dix-huit ans, le bac en poche, plus d’argent de semaine, les petits boulots, le quotidien des stages sans lendemain, les semaines interminables, mais fort heureusement les samedis soirs, Saturday night fever. Les chansons, la danse, la musique, pour certains l’alcool et les cigarettes, pour d’autres l’actualité, la bourse, la politique, les histoires de cœur. Soudain une ombre, une silhouette, le timbre d’une voix féminine, le charme d’un visage, les courbes de ses reins. Un rendez-vous, un second, un troisième, une première nuit, l’algèbre de l’amour, un plus un égal un. Réunion de famille, un engagement, une bague, des fiançailles, une autre bague, bonjour Monsieur le Maire, l’autel de l’église, le mariage, la nuit de noce inoubliable. Un petit nid douillet, la fureur de la passion, un retard, une échographie, un petit être, la vie, neuf mois, de l’amour, beaucoup d’amour.

Une naissance…

Publié dans Défi d'écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article