Jeudi de A à Z

Publié le par Denis Lereffait

Au début il y avait le Verbe, puis la tradition orale est devenue écrite.
Beaucoup de ces récits se sont perdus à travers les époques.
Combien de ce nombre nous sont parvenus de nos jours, sans doute très peu, bien trop peu.
Dans un an, un siècle, un millénaire, en restera-t-il seulement une qui nous sera encore conté les nuits d’hiver au coin du feu.
Encore faudrait-il que le bois... existe, que les arbres peuplent encore nos forêts tant le béton et le bitume lui rongent les racines.
Fallait-il que l’humanité impose son empreinte en réduisant la nature à des souvenirs uniquement présents sur des photos ou des cartes postales ?
Guenièvre existerait-elle si Chrétien de Troyes n’avait pas relayé les récits de la légende du roi Arthur et des chevaliers de la table ronde ?
Hector sans l’Iliade sous la plume d’Homer ?
Isis et Osiris sans les hiéroglyphes ?
Je veux dire ici que notre civilisation ne vaut que si elle se rappelle de son passé, imaginaire ou réel, comprenez que celui qui oublie son Histoire est condamné à reproduire toujours les même erreurs.
Kirikou est une leçon dont nous devrions tous tirer des enseignements, si l’Afrique conserve la mémoire de ses anciens, l’Europe la sacrifie sur l’autel de la finance.
Lire est déjà une activité en voie de disparition, penser le deviendra peut-être aussi demain…
Mais je suis et je resterai un optimiste invétéré qui veut croire que rien n’est inéluctable.
Némo, capitaine du Nautilus possédait une vision du monde au travers de la plume de Jules Vernes, imaginons à notre tour l’avenir en l’humanisant bien plus qu’il ne l’est.
On ne peut pas se laisser soumettre aux diktats de la pensée unique qui veulent nous conditionner à adopter une vision tronqué de notre histoire, éteignez vos écrans et ouvrez les yeux.
Plus jamais ça, entendait-on au terme de la seconde guerre mondiale, n’abandonnons pas nos idéaux de démocratie aux loups et aux chiens.
Quand les ténèbres nous frapperont, la lumière de notre humanité se doit de les transpercer courageusement.
Rien ne doit ternir ou pervertir le futur de notre si belle planète, rappelez-vous comme le disait intelligemment St Exupery, nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants.
Si notre amnésie programmée ne survenait pas, quelle belle victoire nous pourrions revendiquer.
Toi + moi + tous ceux qui le veulent, rassemblez-vous sous la bannière des hommes libres.
Unissons-nous aux plus faibles, redressons la tête, défendons la veuve et l’orphelin.
Victoire est un magnifique prénom que nous devons absolument léguer à nos enfants.
Waterloo, un nouveau Waterloo doit sonner le glas de l’argent roi, de la corruption, élevez-vous comme Stéphane Hessel au-dessus de la mêlée et criez avec lui : indignez-vous !
X ou y, quel que soit votre chromosome, vous êtes concerné, l’avenir vous appartient.
Y a-t-il encore des héros parmi vous ? Moi en tout cas je veux m’en persuader.
Zorro est mort, vive Zorro !!!

Publié dans Défi d'écriture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article